30/12/2003

Incident sur la place publique

De quoi peut donc être fait le silence aux pourtours de votre âme? Le silence du monde, vous le savez bien, n’est pas si loin, c’est vous, et à le contourner ainsi, vous donneriez le mal de mer au plus vieux des corsaires !

 

C’est que la vie entière est un jeu palpitant; il me faut déjouer les pièges tendus par ce mensonge ambiant qui m’encombre, qui me chatouille, qui me gêne et dont la seule et unique ambition est de m’éloigner de moi-même. Curieuse, curieuse est cette pudeur qui nous reste, au plus profond de l’émotion ; ce qu’on peut donner de soi pour se raccrocher à des broutilles ; la couleur d’une tasse, le tic-tac d’une horloge. « Circulez, y a rien à voir… » Quelques grains de sable, par la force d’un vent inconnu, s’étaient éloignés un peu trop du désert et se sont égarés au beau milieu d’une place publique. C’est un fâcheux incident, ne vous souciez de rien, on les aide à rentrer.

 

Mais c’est ce même vent qui au passage a adouci l’ébène de vos cheveux, tandis que vous criiez encore au milieu de ce tapage. Tout est léger, et c’est pour cela que tout est grave…

 

Tout est léger, et c’est pour cela que tout est grave.


18:28 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.