08/02/2004

Les murs de nos villes

La semaine dernière, j'ai aperçu une affiche dont le head-line était "à demain".
 
Quelqu'un avait tracé à la peinture une flèche partant de "demain" et menant à une interrogation qu'il a ajoutée au bas de l'illustration: "encore combien de victimes?"
 
Hier elle avait déjà disparu.
 
"Les murs de nos villes sont souvent rappelées à l'ordre". (O.Toscani)

21:42 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

la citadelle Toujours devant ce même écran
Mon inspiration ne cesse de croître !

Vive Bruxelles quand il fait froid
C’est plus silencieux !


La Citadelle

Regardes devant toi
En haut de la colline
Regardes devant toi
Derrière le bois d’Erines

La Citadelle
Se dresse vers l’éternel,
Elle est de pierre fragile
Et d’un cristal futile

Mais c’est la Citadelle !

Pour s’y rendre
Il faut prendre la venelle
Des prés de cendres
Et de cannelle

Les courtisanes du roi viennent en secret lui rendre visite !

Mais une fois devant elle
De froid tu restes transis
De par son regard charnel
Tu es pris d’une amnésie

La citadelle
Regarde vers le ciel
Elle a des yeux de miel
Et d’ étincelles

Elle est courbe de hanche,
De peau blanche en avalanche,
De soupirs en larmes de sabres
Sur son cheval elle se cabre…

La citadelle est cruelle !



Tu perds ton chemin
Tu es sans voisin
Pas de parchemin d’amour
Pas de cailloux pour le retour

Ne regardes plus derrière toi
Va devant toi tout droit
Tu découvriras l’espoir et la vie
Mais ne regardes plus derrière toi !

Alain Huwé, le poète guerrier

Écrit par : poète guerrier | 09/02/2004

... C'est un bien joli texte; non... "beau" s'accorde mieux à ma pensée. C'est qu'on la devine, cette citadelle, on pourrait presque dessiner ses contours sans même la connaître.
Regarder derrière... c'est fort tentant, il faut que je fasse un effort...
Merci d'être là.

Écrit par : ptitanne | 10/02/2004

Les commentaires sont fermés.