10/02/2004

Merci... écrit le 15.08.2002

Merci.

 

Une autre journée s'achève. Et d'autres mois de silence reprennent leur place, qui se traînent entre nos entrevues, semblables aux blancs sur les vinyles.

 

Il me faut me réveiller de votre présence.

Dépasser.

Ma vie à moi.

Mais votre bref passage au milieu d’elle a changé sa direction. Il est donc pour moi évident et à mon cœur indispensable que votre nom soit chuchoté entre ces pages. Chuchoté seulement… car je sais que les gens qui vous éblouissent vous font peur. Et j’ai bien peur d’être quelque peu aveuglée par votre charisme.

 

Alors un seul mot au coin de ma vie : merci…


13:36 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

les jours passent Les jours passent et se succèdent, l'intensité de l'absence est ... intense, oser, c'est bien le mot oser être attirée vers l'inconnu.

Écrit par : poète guerrier | 10/02/2004

Je crois... que je me bluffe moi-même avec mes "fuites en avant", mes "il faut", "je voudrais",... L'inconnu m'attire mais c'est moi qui le repousse toujours au bout du compte.
Et si jamais je n'étais que cela?

Écrit par : ptitanne | 10/02/2004

tu es... tu es qui tu es , je me suis souvent posé beaucoup de question sur mes échapées fantastiques; parfois une petite goutte de " je pense à moi" est vraiment nécessaire et finalement ces petites gouttes , de collier de perles deviennent rivière et ... tu te sens mieux car en finalement ton toi intérieur a aussi son importance et ce que les autres en pensent ( les enfants diraient pouette, pouette la galette...)

L'inconnu! tu dois faire un voeux de carpé diem car un jour ta vie sentimentale te mènera peut être vers des choix où les attirances vers l'inconnu seront de la discidence!

Écrit par : poète guerrier | 11/02/2004

Vie sentimentale... ...au sens large, je présume; les choix sont déjà faits, reste à les appliquer. Je ramasse à gauche et à droite les outils pour pouvoir le faire. J'ai l'impression de préparer déjà mon bagage pour autre chose, et cette préparation se traîne un peu...
Et "sentimentale" au sens propre... Il paraît qu'aimer, c'est rester... Je n'en suis pas certaine. J'ai besoin de m'élargir, au risque de blesser ceux, celui qui m'attend. Elle est là aussi la discidence. Je crois que je ne poserai jamais nulle part mon bagage... et cela n'exclut pas que j'aime sincèrement...

Écrit par : ptitanne | 11/02/2004

Les commentaires sont fermés.