12/03/2004

Le papillon, extraits. Ecrit le 21.04.03

J’avais une vie sentimentale totalement désabusée. Désenchantée. Un néant parfait.

Oui, parfait, puisqu’elle me convenait ainsi. J’en avais fait des faux pas, des erreurs dont je donnerais cher pour pouvoir les réparer. Je ne peux pas. Une fleur desséchée,  qu’on n’aurait pu ouvrir à la lumière même en lui arrachant les pétales un à un.

 

Et puis est descendu un papillon de nuit. Moi la lassitude. Une terre en friche. L’usure.

Lui la fraîcheur. La spontanéité. La curiosité. Et voici qu’il me réveille, un peu plus chaque jour comme un pantin à dégeler. La qualité de cette présence me ramène à moi-même et m’oblige à ôter la poussière qui, progressivement, s’était posée sur les blancs de ma pièce close où je restais accroupie dans un coin. Je vole à mon propre rythme. On dirait qu’un enfant est venu réveiller un vieillard. Il entame un chemin nouveau avec une paire d’ailes un peu pliées. Vais-je le malmener, choisir une nouvelle traversée?

 

Rien n’est éternel, et je ne sais où le vent me mène. Je vais apprendre la proximité et la distance. L’écart avec quelques points de suspension dont seule je sais la nature.


00:09 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... tu écrivais: " j'ai peur d'avoir tout dis!"

Je peux te dire que le mystère qui évolue en toi est une inconnue à multiple facettes. Tu t'arrêtes un instant et tu observes autour de toi et sans t'en rendre compte une image, un visage, une parole et une nouvelle connection se fait avec l'une de ces facettes et tu découvriras de nouvelles choses à écrire et partager.

Je suis à ma plume de guerrier depuis l'âge de 9 ans et aujourd'hui encore je suis subjugué par l'inspiration qui coule d' une source intarrissable avec des flux plus fort que d'autres.

Je viens à ta rencontre...

Écrit par : poète guerrier | 12/03/2004

Tous les textes de ce blog n'ont pas été écrits "en direct", beaucoup datent de quelques mois, parfois des années; je fais souvent de très longues pauses, la plus longue ayant été de... 2 ans! J'espère que cela ne m'arrivera plus... Alors je scrute, je scrute, la plume devient nerveuse... ;-) Rien de pire pour moi que n'avoir rien à dire...

Écrit par : ptitanne | 12/03/2004

Les commentaires sont fermés.