11/06/2004

L'enfant do

Quelquefois, le soir, elle attend longuement, appuyée sur le balcon.

Ce qu’elle attend, je ne le sais pas. Sans doute ne le sait-elle pas elle-même.

 

Elle écoute la pluie, ou peut-être veille-t-elle sur la ville endormie. Car à cette heure-là même Dieu n’écoute plus, il ne reste que les chats errants, et les quelques bruissements du terrain d’en face.

 

Il y avait eu la veille des départs en vacances, où l’on savait qu’il ne servait plus à rien de s’endormir, puisque l’aube attendait déjà, vive, insolente. Et puis les retours, où l’on se surprenait à ne plus reconnaître les rues.

« On dirait que la pièce est plus large… »

 

Comme il faisait bon, alors, de laisser les bagages encore clos devant la maison, tandis que d’un pas, puis de deux, on se laissait aller à errer dans le quartier, comme un fugueur que la ville n’attendait plus, et qui serait rentré au bercail en secret, alors que tout le monde dormait encore.

 

Il y a eu cela qui n’est plus arrivé, d’ailleurs les enfants ont poussé, troquant leurs éclats de rire pour les costumes des convenances. Trouver son métier, bien faire les choses à faire.

 

Il y a eu cela et pourtant elle attend là comme si tout devait arriver encore.

 

Celle-là qui attend, ils disent que ce n’est pas moi, que j’ai grandi, d’ailleurs regarde toi aussi tu as poussé tu as laissé tes poupées demain est mieux qu’hier et cela est irréversible inévitable.

 

On me les a arraché des mains, voilà ce qui est advenu des poupées.

Qui m’a tirée hors de là? J’ai à peine dix ans encore, j’écoute l’enfant do et c’est très bien.


Le ciel a baissé le rideau,
Le grand magicien a enfermé le monde dans son chapeau.
Et si quelqu'un m'entend là-haut
Il sait bien que les enfants se prennent toujours pour des héros.
Moi si je pouvais le faire
Je mettrais le sablier du temps à l'envers.

(...)

16:13 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

... qu'il peut être parfois difficile de grandir... mais garde ton âme d'enfant intacte, elle te va si bien... :-)

Écrit par : Nicolas | 11/06/2004

Merci de ton "passage" et de ce que tu y écris ... Cela fait "drôle" de poser parfois des questions ... comme celle que j'ai posée ...sur mon blog ... qui peuvent paraître "insignifiantes" .. et pourtant ... cette question -là est au centre de ma "vie" ... si tu savais !!! Un exemple ... si on accepte l'idée que l'enfance pourrait être une "culture" .... a-t-on le droit de l' "adultiser" ???? Et .... casser une culture ... la faire disparaître .... tu sais comment ça s'appelle ça ...hein !!! (Mais une fois de plus ... devoir se résumer comme je le fais ...n'est sûrement pas l'idéal ... je me demande d'ailleurs de plus en plus si le "système" du blog me convient ... Mais bon !!!! ) ... je suis en train de clôturer un projet d'un an avec des enfants de l'enseignement spécialisé (CD et spectacle) ... et tout ça me "travaille" ... Sur leur CD ... j'ai écrit une phrase empruntée à quelqu'un (je ne sais plus dire qui d'ailleurs) ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE ... ALORS ... ILS L'ONT FAIT . Je t'assure ...c'est vraiment ça qu'il s'est passé ... ce n'est pas que des mots !!!! Ils m'ont "époustoufflé"... bon ... allez ... j'arrête ... !!!! Bon week-end ...

Écrit par : Just-de-passage | 11/06/2004

... Bonsoir ptitanne!
J'ai lu ton dernier commentaire chez just-de-passage...et il m'a beaucoup plus. La curiosité me pousse donc jusqu'à toi, et je suis bien contente, parceque je t'ai lue avec ravissement...
D'ailleurs, je repasserai par ici...
:)

Écrit par : bene | 11/06/2004

Enfant Tout se joue à ce moment là, tout nous façonne et nous sculpte pour la vie...A bientôt

Écrit par : Neige | 12/06/2004

... Comme tes mots sont beaux...

L'accordéon... Toujours... Tiens, je joue une java là-bas... Je t'embrasse...

Écrit par : Cri | 13/06/2004

Rester en enfance Sans cesse capturer sa mémoire, apprivoiser sa petite voix intérieure et en embrasser ses moindres sentiments, c'est retrouver son enfance.
Avec ses rires et ses larmes.
C'est le plus beau des jeux de la vie, le plus fascinant aussi.
Le jeu de rôle où je suis Moi.
Les règles y sont très simples : sincérité, amour, partage.
Les "armes" de ce jeu sont légères et puissantes : curiosité, audace, et idéal.
Il n'y a pas de vainqueur puisque tout le monde peut y gagner la fraternité, l'égalité et la liberté.

Ils sont pourtant des millions et des millions à renoncer de jouer au Jeu de la Vie.
Parce que des règles et des règles nouvelles sont dictées, jour après jour.
Incompréhensibles parfois.
Inutiles.
Qui vous sortent de l'enfance.

Et puis il y a ceux qui perdent, égarent ou oublient une des trois règles d'or au gré d'épreuves parfois dures et cruelles.
Ils souffrent, renoncent eux aussi.
Ils s'éteignent, s'aigrissent, et dépérissent lentement.

Quel bonheur de découvrir des partenaires de jeu et d'ainsi ne pas se sentir moins seul.

Merci.

(euh... excuse le délire. Quoi que j'en ferais bien le premier texte de mon prochain blog, tiens !)

Écrit par : Luc | 13/06/2004

:o) Je mettrais le sablier du temps à l'envers aussi....:-)

Écrit par : tgtg | 13/06/2004

âme d'enfant Devenir adulte, ne serait-ce pas en fin de compte parvenir à prendre et à assumer ses responsabilités, tout en gardant une âme d'enfant. Celle qui nous permet de savourer chaque instant, avec candeur et sincérité, sans penser à son utilité, mais juste au bonheur de le vivre et de la partager. Celle qui nous permet d'être honnête, sans craindre les foudres ou les pleurs de celui envers qui on l'est. Celle qui nous permet d'être et de rester nous-mêmes, ni plus ni moins, et d'accpeter qu'il nous rest encore tant de chose à apprendre.

Écrit par : capucine | 14/06/2004

:^) film à voir ou à revoir "le tambour", un p'tit garçon qui voulait pas grandir...

Écrit par : blick | 14/06/2004

peau d'âme Garde ton âme d'enfant et ne détruit pas ce qui t'entoure. Ne te réjouis pas trop vite, la vie propose des surprises mais pas à toutes !

Écrit par : A tout coeur | 14/06/2004

Les commentaires sont fermés.