13/07/2004

Plus tard peut-être...

C’est l’après-midi. Je rejoins la gare en bus, il est temps de rentrer.

 

Près du Perron, un homme se tient debout près d’une table aux terrasses. Il est trop éloigné pour que je puisse distinguer les traits de son visage. Je ne sais ni son regard ni sa voix. Mais ses cheveux sont noirs et ce chandail ressemble un peu à ceux que tu portes. Alors je ferme un peu les yeux pour brouiller encore un peu plus l’image de celui qui pourrait être toi, je t’imagine à sa place. Ici désormais on dirait que tous les hommes te ressemblent.

 

C’est à cela que je pense lorsque j’aperçois la dame assise en face de moi. Son regard est différent des autres. Puis j’oublie.

 

Je pense : «Comment sait-on que l'on aime ? Quel est le signal, la petite blessure qui fait que l’on sait ?

Peut-être lorsque le trésor nous est ôté… Non, ce serait trop facile. Il faut trouver autre chose. Savoir autrement. Quand l’autre est là; et non en retard.»

 

La dame en face sourit. Pourtant, elle est seule assise là.

« Madame, vous ressemblez à Julos Beaucarne. Non; c’est autre chose. C’est l’expression de votre regard. La même. Exactement la même. »

Cette phrase, personne ne l’a entendue, je l’ai chuchotée tout bas, tout en moi, tout au fond. Pourtant, la dame se tourne vers moi, elle me regarde un instant, m’adresse un nouveau sourire. « Madame, m’entendez-vous ? M’entendez-vous penser ? » Elle hoche la tête, puis ses yeux fixent quelque chose qui n’est rien, droit devant.

 

Puis j’oublie.

« Comment sait-on que l'on aime ? Je veux savoir, ici, maintenant. 

Si ce n’est par l’absence est-ce… lorsqu’on entrevoit en soi le souci de ménager l’autre, le protéger de tout, la peur encore ? Non, décidément, cette solution-là ne me satisfait pas plus que la première… »

 

Un homme est venu s’appuyer entre la dame et moi, la dame qui m’écoute penser. Derrière lui je ne peux plus la voir, monsieur, je vous en prie, vous êtes de trop dans cette conversation imaginaire...

Il descendra à l’arrêt suivant.

La dame aussi…

 

J’y penserai un autre jour, ou je l’écrirai ce soir, sans doute…


19:01 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Commentaires

reflexion du moment ah! qu'y a t-il de plus compliqué que l'amour.??celui-là qui peut tant nous donner et tout nous reprendre en même temps. celui-là qui nous nourrit et nous désseche.....
et ces gens que l'on croise sur notre chemin. sont-ils là par hasard ?
très bien écrit petitanne

Écrit par : val | 13/07/2004

Te manque-t-il? Ton texte est équivoque si l'on pense aux épisodes précédents...Je ne peux m'empêcher de penser que c'est à lui que tu penses et elle, elle le pensera certainement aussi!!!

Écrit par : ... | 13/07/2004

Bonjour, "nom oublié" ;-) Que les doutes se dissipent, le bel étalon aux cheveux noirs dont je parle... n'est autre que mon amoureux. Quant aux questions que je me posais, elles s'étendaient à TOUS les gens que l'on aime; là, je pensais notamment à ma tante Mama dont je parlais dans les posts précédents...

Écrit par : Ptitanne | 13/07/2004

:-) je "vois" vraiment ce que tu écris si bien :-)

Écrit par : tgtg | 14/07/2004

... C'est bizarre que tu parles d'étalon parce que lui aussi dit l'être...

Écrit par : ... | 14/07/2004

Ah... l'amuuuuuur! Je pense que c'est quelque chose de très particulier que nul ne peut vraiment expliquer... Il y a une certaine part de mystère. Mais quand l'amour est là, on s'en rend vite compte: une parole, un geste, un regard, de la chaleur dans le coeur... On s'en apperçoit chacun à notre façon ;)

Écrit par : Angie | 14/07/2004

J'ignore pourquoi, mais ceci rappelle à mon souvenir... ...un extrait du film "Léon" ou la fillette avoue son amour à Jean Reno en lui disant qu'avant lui, elle avait toujours mal au ventre et qu'aujourd'hui elle se sentait mieux. "Tout tendre", disait-elle.
Le passage qui a le plus retenu mon attention.

Écrit par : Ptitanne | 15/07/2004

... on sait qu'on aime une personne au premier regard... au premier fou rire... au premier baiser... à la première fois que nos mains se frôlent... on le sait et ça en devient une évidence...

gros poutous

Écrit par : Nicolas | 15/07/2004

Toujours ... une émotion ... lorsque tu laisses un commentaire ... As-tu remarqué ? Pourquoi, dans notre façon de parler (et encore plus au Quebec) ... pourquoi dit-on toujours "tomber en amour" ??? Faudrait-il donc d'abord "tomber" pour pouvoir "monter" au 7ième ciel? Je trouv'rais ça beau moi ... "grimper en amour" non ? ;-))))
(petite parenthèse ...si je puis ... !!! ... J'ai comme un goût d'amertume que tu n'aies plus de mini-chat ... pourtant ... personnellement ... je ne m'en servais guère ... mais c'est dans le "geste" ... comme une drôle d'intuiton ...) Je m'aperçois aussi ... que je mets bcp de "..." dans mes commentaires. Mais jamais dans mes titres ni dans mes signatures ..... ;-))))) Mes "..." (à moi) représentent sans doute le "tant de choses" qu'il y aurait à partager ... Prends soin de toi !

Écrit par : Just-de-passage | 15/07/2004

A bien y penser,... "tomber" Parce que se découvrir amoureux, c'est toujours quelque chose d'inconnu même si c'est la même chose. Jamais vraiment le même... Et puisque toute nouvelle chose, toute nouvelle entrée quelque part, tout nouveau visage demande de se faire un peu souffrance,... On tombe pour mieux renaître.
Merci, Just-de-passage; j'ai trouvé cela très joli :-)

Écrit par : "Ptitanne" ;-) | 15/07/2004

y a pas à dire... l'amour ça donne des plumes!!!!! euh non des ailes ;o)))

magnifiquement écrit ;o)

Écrit par : valou | 15/07/2004

... L'amour fait surtout mal...

Écrit par : ... | 15/07/2004

Les commentaires sont fermés.