24/08/2004

La place d’une autre

La place d’une autre

 

Jamais je n'aurais cru qu'il serait aussi difficile de rentrer que de partir. Je me souviens de ma première nuit au retour d’Inde, il y a onze jours.

 

Seule. Seule dans ma chambre pour la première fois depuis ce qui me semblait être une éternité. Eteints le bruit des klaxons, les voix des enfants, les prières musulmanes dans les rues étroites des bidonvilles. Eteints comme une lampe qu’on coupe trop vite alors qu’on se croyait prêt à s’immerger dans la nuit. Et qu’on n’y est pas prêt encore. Des bruits qui résonnent au fond de la tête comme au retour d’une soirée enfumée et bruyante et…

 

Je me souviens avoir regardé tout autour.

Les photos, les cadres, les livres. La commode, le bol tibétain et les bâtons d’encens, tout était là. Mon univers en somme. Celui qui était le mien, avant. Avant quoi, puisqu’au fond tout était pareil ce soir encore.

 

Mais l’impression d’être venue prendre la place de quelqu’un qui n’était pas moi. Ce n’était pas ma vie, et tous ces textes que je gardais, «à quoi bon» soudain; les photos des miens, mais sont-ce vraiment les miens, suis-je à eux, d’ailleurs qui et à qui suis-je à présent, d’ici où là, aucune idée. La place d’une autre.

 

Les bruits se sont étouffés avec le matin, et le matin suivant un peu plus, celui d’après, encore… Mais je ne reconnais toujours ni le contenu des tiroirs, ni l’image que me renvoie le miroir. Pas plus les photos de ceux que j’aime pourtant, du moins je le crois puisque je suis la même, apparemment. Comme si un voile invisible était venu se glisser entre celle que j’étais, celle que je suis, quelque chose qui pèse tout le temps, un bagage un peu trop lourd mais qu’on ne dépose pas. Rappelez-moi vos noms, rappelez-moi les traits de vos visages, les accents dans vos mots, parlez-moi de vous. Rappelez-moi à moi-même, rappelez-moi. Avant que je prenne racine du côté d’ailleurs…

 

Existe-t-il un envers de soi, un envers dont, lorsqu’on le visite on ne revient pas?


00:20 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

voyage voyage on est si bien chez soi mais les voyages forme la jeunesse aussi.

Écrit par : david ( kylun) | 24/08/2004

vivons! quelle richesse de te lire, de te retrouver....
existe-t-il un envers de soi dont on ne revient pas ? existe--t-il un moment de notre vie qui ne nous touche pas ? existe-il un moment qui ne nous change pas ? nous change-t-il ou nous permet-il seulement de nous découvrir, de découvrir un soi profond qui semblait ne pas exister ?
petitanne, tu nous revient plus grande et je suis contente de te retrouver.

Écrit par : val | 29/08/2004

je connais ça...je n'aurais pas su l'expliquer aussi bien que toi...

cela fait 5 ans que je suis de retour...et cela fait 5 ans que je continue à me poser ce genre de question...

courage...finalement, on appartient p-e à personne et tt l'univers à la fois;-)

Écrit par : englishbob | 31/08/2004

Les commentaires sont fermés.