30/10/2004

Bobin

Hier matin je me suis heurtée aux pages de Bobin. Une entaille s’est dessinée en mon âme, qui s’est creusée toute la journée durant. J’ai traîné mon entaille avec moi jusqu’au soir, comme on traîne un vêtement neuf souillé trop vite, et qu’on tente en vain de soustraire aux yeux des passants.


10:47 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Coucou Un sourire en passant...
Bon WE

Écrit par : Val | 30/10/2004

Un souffle... De nostalgie traverse tes mots et pourtant ils ont la force d'un ouragan...A bientôt...

Écrit par : Neige | 30/10/2004

Les commentaires sont fermés.