20/02/2005

Il y a du monde

Son regard ne nous regarde pas vraiment. Depuis quelques jours il accompagne le mouvement de quelque chose devant, autour, le manège incessant de silhouettes qui vivent leur vie en parallèle, tiens, là,… la porte vient de s’ouvrir, l’as-tu vu ? Les têtes se tournent, les épaules se soulèvent et puis tombent, on n’a rien vu. « Non, c’est trop tard. Il a disparu. Tu sais, comme si on avait passé une éponge…» soupire-t-elle en dessinant un cercle avec le bras.

Mais enfin, tout cela ne tient pas debout, on n’a laissé entrer personne. Tu as dû rêver.

 

Pourtant les heures se croisent et s’étirent, la nuit ôte sa pelisse de temps à autre pour enfiler celle du jour, la fille devient la mère, enfin il s’en passe des choses, tiens l’autre jour encore, tu sais la fête, des hommes jouaient à la pétanque, et tu y étais aussi, t’en souviens-tu ?

 

Les enfants ont beau gesticuler de l’autre côté de la pièce, elle semble à peine les voir, son sourire est plus las, son dos se courbe un peu plus que de coutume, elle a passé la nuit à marcher, que voulez-vous, il y avait du monde… et personne ne la croit.


19:27 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

des souvenirs... du réel à l'imaginaire...il n'y a qu'un pas
et peut-être des regrets...

Écrit par : Christ | 21/02/2005

et si c'était vrai... quand rêves et réalité se mélangent on reste souvent incompris... dommage, parce que de l'autre côté c'est si beau... si seulement ils pouvaient voir eux aussi...

Écrit par : nanou | 22/02/2005

Les commentaires sont fermés.