28/05/2005

Bonne nouvelle

Et alors que je me lèverai un peu plus tôt que de coutume, alors que tout est encore enveloppé d’un épais drap de silence, j’entendrai, dans l’immense salle de réunion des oiseaux, leur piaillement sans retenue; à aucun moment ils ne parleront aussi fort, comme s’ils venaient d’apprendre une bonne nouvelle —le jour qui se lève, sans doute, car rien n’est aussi peu sûr qu’un lendemain, il nous eût fallu naître merle ou moineau pour pouvoir l’entendre.


22:38 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

flap flap flap... demain, dès potron minet, j'entrerai dans cette salle qui sent le tabac refroidi, et j'hurlerai CUIC CUIC jusqu'à ce que le jour se taise... il m'eût fallu naître hibou pour ne pas penser corbeau ou vautour...
'xcuses, suis pas tchip tchip ce soir, mais je trouve ta musique... elle réduit le poids... elle allège... merci pour ces quelques mots

Écrit par : blick | 28/05/2005

Merci A toi qui m'a fait découvrir Kings of Convenience, belle découverte!
Et simplement te dire que j'aime beaucoup ce que tu fais et écris ...

Écrit par : Saule rieur | 09/06/2005

Ca ne chasse pas trop derrière? Vraiment splendide, les bonnes nouvelles des oiseaux, les mauvaises nouvelles des hommes. Quand les oiseaux commenceront à tousser le matin, je ferai le maximum pour ne pas me réveiller.

Écrit par : Bugs | 21/06/2005

Les commentaires sont fermés.