31/08/2005

 Les artistes

Allongée sur le lit de sa mère, elle sera bientôt mère aussi. Les premières douleurs l’ont tirée du sommeil, comme l’enfant à naître va déchirer le sommeil de sa vie entière. Elle ne connaît pas ce que certains nomment le sentiment maternel. Elle ne l’aura pas davantage après le premier cri.  «La nuit rend songeuse ; ce n’est que la nuit, Clarissa», dit placidement la mère.

 

C’est une histoire d’artistes, qui plument les riches et les dévêtissent de leur parure pour garnir le ciel des étincelles de leur génie. Jeunes, presque beaux et surtout, uniques. A celui qui s’éveille à la passion tout semble être d’une virginité aussi prometteuse qu’un nouveau jour à son premier rayon.

 

J’aurais voulu savoir faire autre chose. Avec l’entraînement je suis devenue experte dans les choses inutiles. Le monde est peuplé de rapaces et de paons. J’ignore si j’aurais fait un paon habile, de ceux si habiles qu’ils en ont oublié leur nature première : un produit de fabrication.


19:36 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |