24/12/2005

je vous aime sans vous

Je vous aime sans vous, ainsi soit-il, comment vous dire mon grand chahut quand le drap qui l’entoure vous fait croire au linceul ; la vie chante en-dedans, elle chante aussi fort qu’un moineau en plein avril.

 

Je vous aime sans vous, mes verres d’errance, je les avale sans avaler les jours, puisque les jours sont trop grands, bien trop grands pour un seul ventre, ah ! si vous l’entendiez, ce ventre –mais vous l’entendez, ou plutôt vous entendez ce qui fait du bruit, or je vous parle du silence qui fait vibrer la corde de l’âme, je dis âme comme je dis… Toute chose qui vous relie à plus grand que vous, le tambour de vos vies, votre vie sans intermédiaire enfin.

 

Je vous aime sans vous, à travers ce seul silence puisque le nom des choses leur ôte toute résonance, en les devançant il restreint leur territoire, or ces choses-là ont besoin de toute la place pour s’allonger, et tout ce qu’elles entraînent avec elles.

 

J’aime en silence, il faut l’entendre, le vent dehors battra la porte mais ne griffera pas la tempe où bat l’inaudible. Les foules où le secret se jette en plein visage, les recommandations ont fait leur temps, mon doux même lui ne l’entendra pas, je l’aime en silence, depuis qu’au sien s’est cognée ma parole, déboîtant mon abritance.

14:59 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Ô Anne Ô Anne, tu es marquise en Poëtie
surprise drôle si les verdiers cisèles-vent, les sittelles et grimpereaux ne pépiaient pas à l'auvent des mots en verre, perchés sur les forgeries, les branches, les lignes en arc que tu nous tends...
Ô Anne, tu es marquise en Poëtie,
surprise folle dès que tu reviens enserrer en cette part de tes terres, le souffle et le rythme bien tenu, pinceaux à mots, rivant les rêves à tes rivages, plus loin que la question, à l’orée des saveurs
Écrire ainsi ne peut rimer qu'avec la vie, la vie de par ici, en Poëtie, crypte où des vie trop vite décriées sont enfin décrites
Ô Anne, tu es marquise en Poëtie

Écrit par : Babel | 28/12/2005

premier matin d'un an dit-on tout neuf ...

Écrit par : xian | 01/01/2006

:-) que l'année vous soit douce... j'espère cette année sans panne de «pinceaux à mots»... :-)

Écrit par : ptitanne | 15/01/2006

Les commentaires sont fermés.