20/03/2006

Les maux

Il était arrivé avec ses maux roulés dans sa poche et ses doigts qui se tordaient autour, comme un mouchoir noué au pli d’une mauvaise mémoire. Il s’en servirait au moment qu’il se sentirait menacé, toujours ça pour se tenir à distance ou pour parer les coups. Une habitude qu’il traînait depuis l’enfance. Une idée de la mère. Quand ce n’était le papier au cartable pour garder le bord de la piscine, c’était le talc sur le front et deux jours de plus sous le pommier. Avec les récriminations du maître ─s’il ne vient pas que fera-t-il d’autre mais qu’importe, l’astuce avait fait ses preuves et ne méritait pas d’être mise au placard pour si peu, qu’on ait neuf ans ou bien cinquante.

20:57 Écrit par ptitanne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.