09/12/2006

 

Trois oiseaux picoraient au jardin.

 

Ils ont pris le maquis alors que je sortais dans la cour.

 

 Leurs pirlouis médisaient de moi. «A l'homme, à l'homme» craient-ils, épouvantés.

 

Savaient-ils que je m'avançais vers eux parce que l'homme m'épouvante aussi.

 

22:26 Écrit par ptitanne dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.